Thérapie par Hypnose en Réalité Virtuelle (THRV) La démarche et un cas clinique

Avant de partager ma démarche d’hypnose associée à la réalité virtuelle, je souhaite rappeler en quoi la THRV se distingue de la TERV (Thérapie cognitivo-comportementale par Exposition à la Réalité Virtuelle)

3 grands principes sous-tendent la THRV :

 

  • Le premier principe repose notamment sur l’analogie et les métaphores. Elles sont fréquemment utilisées en hypnose. Le thérapeute suggère des métaphores aux effets thérapeutiques. La RV permet non seulement de travailler cet effet sur le plan cognitif (focalisation de l’attention) mais également sur le plan corporel. La métaphore est dite énactive (cf. Travaux de Varela sur la cognition incarnée). La transe hypnotique, l’intuition et la créativité se basent sur une expérience sensorielle “inconsciente”, pas seulement cognitive et consciente. En complémentarité avec la TERV, la THRV se centre sur l’intelligence sensorielle et corporelle (énaction plutôt que cognitivo-comportemental).
  • Le second principe repose sur la transposition du problème réel (in-vivo) en solution virtuelle (in-virtuo). Une fois la ressource sensorielle vécue in-virtuo, le thérapeute invite son patient à “transe-former” ses perceptions corporelles. Ce travail de suggestion se réalise notamment quand le patient vit l’état hypnotique. Dans ce cas, la métaphore suggère indirectement des messages utiles qui activent, amplifient et ancrent la ressource dans le réel de sa vie quotidienne. En complémentarité avec la TERV, la THRV se centre sur l’utilisation créative du problème (pas nécessairement l’exposition).
  • Le troisième principe est celui de la co-création patient-thérapeute. L’état d’hypnose s’étaye sur la créativité du patient et utilise notamment des inducteurs de transe autohypnotique (les images, dessins, audios, vidéos apportés par le patient). Il s’agit d’utiliser ces supports de médiations pour les remettre en scène dans un environnement RV. Au-delà des supports, il s’agit d’un processus de transmédiation. Par exemple, le dessin d’un patient peut être intégré comme texture d’un objet 3d dans Tilt brush. Cet objet peut être recapturé en image puis imprimé voire envoyé ensuite par mail au patient. Les boucles créatives entre réalité et virtualité sont infinies ! Ces différentes médiations servent à activer, amplifier et ancrer la transe créative autohypnotique du patient. En complémentarité avec la TERV, La THRV est une démarche de co-création thérapeutique par le patient et le thérapeute (différent d’un protocole dispensé par le thérapeute).

En quoi consiste cette démarche ?  il s’agit d’une démarche de co-construction d’une métaphore RV hypnothérapeutique en cinq temps :

  • Un temps pour poser le cadre
    1. Analyse de la demande, des représentations associées à la réalité virtuelle et hypnose, des attentes et besoins in-vivo.
    2. Définition de l’objectif d’apprentissage inconscient sensoriel ISMARTS (Inconscient, Simple, Mesurable, Adapté, Réaliste, Temporel et Sensoriel)
    3. Définition des indicateurs d’auto-évaluation (mise en place de la cible auto-évaluation et hétero-évaluation (échelles de perception de satisfaction,  d’utilité, d’alliance

ex : Séance1. Jules, 10 ans, décrit le problème avec ses mots :” j’ai peur des araignées (…) j’en ai marre car ça m’empêche de dormir (…) je vérifie aussi tout le temps avant d’entrer dans ma chambre ”. Jules souhaite apprendre à dépasser cette peur des araignées, retrouver de la confiance en soi et une qualité de sommeil. Il aimerait retrouver une sensation de courage et de sécurité. Pour lui il saura que la thérapie est utile quand il pourra “s’endormir sereinement”.

  • Un temps pour explorer en hypnose l’espace problème versus espace solution
    1. Repérage de la métaphore ressource, test du casque RV.
    2. Brainstorming co-créatif Transposition de la métaphore en expérience RV. Transposition de la problématique in-vivo en mise en scène in-virtuo.
    3. Tâche créative : rechercher les supports ressources (photos 360, vidéos 360, objets 3d, application RV existantes)

ex : suite de la séance 1. Au-delà du problème, Jules évoque sa passion pour le foot (ressource hypnotique). Nous explorons les sensations positives et autohypnotiques qui aident Jules à retrouver une sensation de confiance et de sécurité. L’alliance thérapeutique s’amplifie avec Jules lorsque nous lui proposons d’utiliser le casque VR. Sur son smartphone, il nous montre une photo de son joueur de foot préféré (Lionel Messi l’hypnotise déjà !). Du côté du thérapeute, nous téléchargeons une image de Lionel Messi et nous l’intégrons dans la médiathèque du logiciel Tilt Brush du casque oculus Quest relié via le câble usb au pc (transférer du pc vers le dossier médiathèque du logiciel Tilt Brush sur le Quest). 

  • Un temps pour préparer l’expérience RV
    1. Co-préparation des ressources RV en amont (ex : importer dans un logiciel de sculpture RV, les vidéos, photos, scan du dessin du patient, audio, objets 3d)
    2. Formation à l’utilisation des contrôleurs RV et interface du logiciel
    3. Co-construction et mise en scène dans le casque RV de la métaphore hypnotique utile. Par exemple, sur Tilt Brush

séance 2. Nous reprenons le fil de la première séance. Nous lui montrons l’image de Messi importée dans le casque VR. Nous proposons à Jules d’observer ce qu’il ressent quand il regarde cette image. Nous suggérons de ressentir la force et le courage de Lionel Messi. Nous proposons ensuite à Jules de tester et prendre en main l’interface de Tilt Brush. Jules explore et s’amuse notamment à écrire le nom de Lionel Messi. Nous lui montrons également la bibliothèque d’objet 3D qu’il peut importer (la bibliothèque est accessible directement dans Tilt Brush). Nous lui suggérons de rechercher puis d’importer les objets 3D utiles pour lui (un ballon de foot et une araignée). Jules hésite au moment de choisir l’araignée mais se rassure car le graphisme de la bibliothèque Google Poly “est un peu comme du lego pixelisé (…) je veux bien prendre l’araignée en Légo (…) c’est moins impressionnant mais ça me fait bizarre quand même quand je l’agrandis”.

  • Un temps pour vivre l’expérience RV
    1. Accompagnement hypnotique de l’expérience du patient (dissociation et réassociation)
    2. Exploration des sensations in-virtuo
    3. Travail de suggestion pendant l’expérience

Suite de la séance 2. Tout en laissant Jules explorer et expérimenter librement les effets et outils du menu Tilt Brush (dessin, taille, gomme etc.), nous suggérons une double tâche (dissociation) : “pendant que une partie de toi explore et dessine, une autre partie de toi peut observer les sensations utiles que ton corps ressent…” Nous l’encourageons à amplifier la sensation de confiance en cette force, “celle de Lionel Messi” comme Jules le dit. La sensation de courage s’installe dans le corps. Jules prend confiance et s’amuse à déplacer l’araignée 3d dans la scène VR. Il joue à modifier la taille et la distance. Il s’amuse notamment à faire comme si il l’écrasait avec le ballon. Le “comme si” s’estompe, l’immersion et la sensation de présence s’amplifient. Jules vit pleinement l’expérience sensorielle et narrative au travers de cette transmédiation[1]. Le corps de Jules construit implicitement une perception différente de l’araignée. Le thérapeute renforce positivement les choix et les idées de son jeune patient. Cela renforce le sentiment de contrôle. Jules reste un peu plus longuement en transe hypnotique (les yeux ouverts) sur les effets de particules hypnotiques : “ça me scotche !” précise Jules.

 

  • Un temps pour activer, amplifier et ancrer l’autohypnose du patient
    1. Ré-activation sans le casque des sensations activées pendant l’expérience RV. Faire “comme si” je remettais le casque. Transposition in-vivo.
    2. Amplification des sensations et suggestions d’appropriation de la ressource sensorielle par le patient. Approfondissement de la transe hypnotique. Faire des liens avec la situation in-vivo.
    3. Ancrage de cet apprentissage de l’autohypnose. Évaluation par rapport aux indicateurs formulés au début. Réajustement ou fin de la démarche.

Séance 3. 15 jours plus tard, nous proposons dans cette séance à Jules de nous partager son souvenir de notre échange et expériences VR. Nous réactivons ainsi, par le souvenir sensoriel, la transe hypnotique. Nous l’invitons à retrouver cette sensation de sécurité par lui-même : ” Comment fais-tu maintenant pour retrouver cette sensation de Messi…de confiance dans ton corps ?”. Jules ferme spontanément les yeux. Il déglutit et se souvient notamment de ce magnifique effet de particule pixélisé, de la photo de Messi qu’il imaginait shooter dans une araignée virtuellement réelle. Nous suggérons à Jules d’ancrer plus profondément en autohypnose (comme si nous étions dans la scène RV). Jules ressent notamment cette force dans ses épaules et avant-bras. Il ressent également au niveau des pieds la force de frappe de Lionel Messi. Il revit le souvenir de la scène 3d en hypnose classique et l’enrichit notamment de sensations de mouvements. L’expérience VR de la deuxième séance se retrouve augmentée et enrichie par le travail d’autohypnose de cette troisième séance. Jules constate que son esprit possède un pouvoir naturel de virtualisation, l’autohypnose. Jules repart et nous lui proposons de tester sa propre nouvelle idée : “si je croise une araignée, il faudrait que je pense à l’araignée en lego pixelisé et à Messi (…) pour m’endormir je vais penser à l’effet de légèreté des particules qui apaisent (…) comme des pixels qui s’envolent légers vers le ciel”. Nous lui suggérons d’aller plus loin dans la thérapie. Jules est d’accord pour poursuivre et tester une nouvelle expérience RV où nous pourrons intégrer dans sa scène Tilt Brush une vidéo d’une araignée. Jules précise qu’il souhaite la positionner en petite taille sous le pied de Messi. Nous le félicitons pour cette merveilleuse idée.

Cette démarche de transmédiation se poursuivra la séance suivante. La THRV aide Jules à tisser et enrichir sa propre transe hypnotique et thérapeutique au fil des séances… apprendre à tisser son filet de sécurité corporelle, un peu en fait comme le ferait magnifiquement l’araignée 😉

Pierre-Henri Garnier

Psychologue, Docteur en Sciences de l’information et Communication
Clinicien et formateur en hypnose thérapeutique.
Clinicien et formateur en Education Thérapeutique du Patient (ETP).

0240403215- p.garnier@citi44.com -Nantes, http://citi44.com http://cybertherapie.fr

 

 

 

[1] https://www.dunod.com/sciences-humaines-et-sociales/transes-ndeg3-22018-realite-virtuelle

Add your comment

Your email address will not be published.

Top